Programmes

Lors de mes études doctorales à l’EHESS, j’ai eu la chance d’être impliqué dans deux projets de recherche sur l’urbanisation en Asie et en Chine: ITHESA et UrbaChina. J’ai pu travailler sur ce dernier programme depuis la formulation de la proposition de projet (2010) jusqu’à son évaluation (2015).

ITHESA (International Trading and Financials Hubs in East and Southeast Asia) était un programme de recherche financé par l’ANR (Agence Nationale de la Recherche) et coordonné par M. Gipouloux (CNRS); il s’est déroulé de 2005 à 2008. Son principale objectif était d’étudier le degré d’interdépendances de plusieurs métropoles (Tokyo-Yokohama, Shanghai, Hong Kong, et Singapour) du corridor maritime d’Asie orientale, en s’intéressant aux échanges commerciaux et financiers. 

Je n’ai pris part à ce projet seulement à sa fin, j’ai été impliqué dans l’organisation de la conférence finale:  “International Trading and Financial Hubs in East and Southeast Asia: Rivalry and Complementarity” qui s’est déroulée à Paris les 27 et 28 mai 2009.

J’ai participé aussi à l’édition du livre collectif écrit par les membres du projet: Gipouloux, François (éd.), Gateways To Globalisation,  Asia’s International Trading and Finance Centres , Cheltenham, UK, Edward Elgar, 2011.

urbachina logoUrbaChina (2011-2015) était un programme de recherche financé par l’Union Européenne et mené par un consortium de 11 organisations chinoises et européennes (CNRS, LSE, University of Lisbon, University of Birmingham, ISIS, RenDa, HuaDa, CAS, CASS, DRC et AAESR). Coordonné par le CNRS, les activités du projet UrbaChina avaient pour objectif d’analyser et de définir les tendances de l’urbanisation en Chine pour les quarante prochaines années en s’interrogeant sur le principe de développement durable.

Les équipes d’UrbaChina ont mené des recherches multidisciplinaires incluant géographie économique, économie urbaine, études environnementales, sociologie, anthropologie et histoire.
Ce programme aborde spécifiquement quatre aspects du développement durable:
– les fondations et politiques institutionnelles;
– les droits de propriété et la fracture entre les mondes urbain et ruraux;
– les infrastructures et services pour une urbanisation durable;
– les traditions et les nouveaux modes de vie dans les villes.

Vous pouvez trouver plus d’informations sur le site et le blog d’UrbaChina.

Mon rôle à UrbaChina

J’étais impliqué à la fois dans la recherche et la diffusion de nos résultats.

L’équipe de recherche du CNRS à laquelle j’appartenais avait pour objectif principal d’étudier les modèles et les processus de l’urbanisation chinoise depuis les réformes et l’ouverture du marché, et d’analyser les relations entre administrations centrale et locale notamment d’un point de vue fiscal.

Nous avons aussi étudié l’impact de la persistance du Hukou (système d’enregistrement des familles) sur l’habitat des populations migrantes.

Pour ce projet, j’ai effectué plusieurs séjours sur le terrain en Chine durant lesquels j’ai mené des recherches à Shanghai et à Kunming où j’ai interviewé plusieurs responsables locaux, hommes d’affaires, universitaires et promoteurs immobiliers.

Nos principaux résultats ont été publiés sous la forme de documents de travail consultables en ligne, et dans le livre collectif suivant:

Gipouloux, Francois (éd.), China’s Urban Century:  Governance, Environment, and Socio-Economic imperatives, Cheltenham, UK, Edward Elgar, 2015.

En plus des recherches de terrain, mon équipe était aussi chargée de la diffusion des résultats du consortium.

Nous avons lancé un blog mis à jour quotidiennement sur lequel nous publiions des informations sur les progrès réalisés par le consortium, mais aussi des annonces de conférences, des appels à communications, des comptes rendus de livres et d’articles sur l’urbanisation en Chine.

Vous pouvez consulter mes billets sur le blog  d’UrbaChina.

Nous avons aussi organisé des conférences internationales à Beijing, Rome, Kunming, Chongqing et Paris.